Je ne suis pas journaliste #1 : analyse de l’enquête de Que Choisir

Cela fait un moment que j’ai cet article en tête, mais j’hésitais à l’écrire et à le publier. Puis, l’autre jour, ma maman (parce qu’elle est gentille et qu’elle pense à moi) m’envoie un e-mail avec le lien de l’enquête menée par l’association de consommateurs Que Choisir et ça m’a fait une piqûre de rappel. Je me suis dit que je devais vous parler de cette enquête. Je vous laisse (re)lire l’article de QueChoisir en cliquant ici.

Alors je ne suis pas journaliste certes mais je vais essayer de vous résumer la situation et de vous donner mon avis de manière claire et brève. Evidemment, si je vous en parle, vous pensez bien que ce n’est pas vous dire que les journalistes ont très bien fait leur travail et que l’enquête est fantastique.

Personnellement, je n’ai rien appris. Tout ça, c’est du connu, archi connu. Peut-être ça l’est un peu moins pour le grand public, donc que la presse mette en avant ces produits dangereux très bien. Je ne remets pas en cause le fait que ces substances soient effectivement toxiques ou allergisantes. En revanche…

Le texte de l’enquête

OK parler chimie au grand public, car oui même la cosmétique naturelle c’est de la chimie, ce n’est pas évident. Mais justement en voulant simplifier, ils compliquent et perdent le lecteur. En effet, ils auraient puclasser ces molécules par famille.

Je m’explique avec un exemple simple :

Parabens = famille de molécule à laquelle appartiennent :

Méthylparaben, propylparaben et butylparaben = molécules légèrement différentes au niveau chimique mais qui ont les mêmes propriétés et donc la même toxicité.

Même chose pour les cinnamates, ces filtres solaires allergisants et photosenbilisants ou encore pour les thiazolinones qui sont des conservateurs allergisants.

Alors ils nous (re)parlent des parabens, conservateurs finalement peu utilisés à présent.

Ils oublient de mentionner que c‘est parce que les journalistes ont fait mauvaise presse des parabens que ceux-ci ont été remplacés par des substances encore plus allergisantes, comme les thiazolinones ou encore plus toxiques comme le phénoxyéthanol 🙂 Et oui désolée si je vous réveille, mais la mention « sans paraben » ne signifie pas grand-chose, regardez de plus près la prochaine fois, si du coup, vous ne trouvez pas des conservateurs encore plus nocifs.

Regardez ma crème lavante YesTo, pas de paraben, mais du phénoxyéthanol.

 YesTo Crème lavante Carotte DisMoiCéline

D’autres mentions méritent notre attention comme la fameuse « hypoallergénique » dont les journalistes mettent en garde et ce à juste titre. Il faut savoir que la mention « hypoallergénique » en France ne signifie pas grand-chose. En revanche, en Suisse, pour pouvoir apposer cette mention sur un produit, il faut qu’il soit sans conservateur, sans parfum et sans colorant.

Ils ne mentionnent pas non plus à quel pourcentage habituellement on retrouve ces substances dans les produits finis. Alors maintenant, on le sait bien, ce n’est pas que la dose qui fait le poison. Il faut également tenir compte de la durée d’exposition. De plus, c’est le fait du cumuler l’exposition à ces substances qui augmente leur toxicité.

Si on reprend l’exemple des thiazolinones, ils sont allergisants, mais qu’à partir d’un temps d’exposition de 6 semaines environ.

La liste des 185 cosmétiques testés

(En cliquant sur le titre ci-dessus, vous la trouverez).

Franchement, surtout ce que je ne comprends pas, c’est le choix de ces 185 cosmétiques. Il n’y a aucune logique dans le choix des marques et des produits. Il est impossible de s’y retrouver. Certains produits contiennent les mêmes substances dangereuses, n’auraient-ils pas pu les regrouper ?

Cela ne veut rien dire, c’est très brouillon. Bref, ces journalistes essayent de faire une enquête mais qui reste assez mauvaise au final.

Ils voulaient offrir un panel de cosmétiques couramment achetés…en mettant des marques complètement inconnues ?!? Je prends par exemple, la marque Hair Mayonnaise, est-ce que quelqu’un a déjà entendu parler de cette marque ? Ce choix n’est pas pertinent et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Ils prennent comme exemple une coloration, mais les autres de la même gamme contiennent également cette substance ? Parfois, ils prennent 5 produits d’une marque. Les marques de luxe sont absentes du test hormis un produit Sisley qui s’est égaré.

Je n’aime pas déteste ces comparatifs qui ne comparent rien.

Certains journaux, comme le 20 Minutes ou le Nouvel Obs ont repris cette enquête, mais personne n’ose la critiquer alors qu’il me semble que mes arguments soient légitimes.

Vous allez me dire, tu critiques mais tu as une idée…ben oui et franchement, je ne suis pas journaliste ! C’est extrêmement difficile de comparer des produits et quand on veut comparer, il faut comparer ce qui est comparable ! Vous me suivez ? C’est ce que j’essaye de faire en faisant mes articles battle, sauf que mes comparaisons ne trouvent (malheureusement) pas autant de lecteurs que ces journaux connus. De toute façon, cela fait bien longtemps que j’ai abandonné l’idée de trouver une bonne comparaison dans ce genre d’enquête.

Pour être clair, ils auraient dû faire un répertoire par substances et mentionner dans quels produits on peut les retrouver. De parler de gammes et non de produits aurait été également judicieux.

Ils mettent en garde d’éviter ces 185 produits testés surtout pour les bébés, les enfants et surtout les produits non rincés. Qu’en est-il des autres ? C’est pas grave si vous êtes une femme enceinte qui expose son fœtus, pas grave si vous êtes une femme active qui va développer une allergie cutanée ? Leurs recommandations ne tiennent pas la route, tout le monde devrait les éviter, faut être logique !

La carte repère imprimable

Ils ont fait une carte imprimable (que vous retrouverez en cliquant ici) qui répertorie des substances indésirables allergènes utilisées comme parfum ou conservateur. Lorsqu’on parcourt cette carte et ces substances, on pourrait croire que c’est eux qui les ont choisies et répertoriées. Or ces substances font tout simplement partie des molécules aromatiques classées parmi les 26 composés allergènes dont la déclaration est obligatoire selon la directive européenne 2003/15/CE du Parlement Européen et du Conseil. C’est marrant mais j’ai trouvé ça en tapotant sur mon clavier, cela m’a pris quoi 2 minutes pour tomber dessus. Tous les sites parlant de cosmétiques de manière sérieuse, comme le flacon ou l’Observatoire des Cosmétiques en parlent. Donc, ils essayent de s’approprier l’édition d’une liste qui est une loi ?!? Je rêve ! C’est peut-être une information que nous aurions voulu connaître non ? Vous pouvez retrouver cette directive avec d’autres informations ici :

http://leflacon.free.fr/informations-7.php

Donc, la plupart de ces substances (citral, citronellol, coumarine, eugénol, farnésol, géraniol, isoeugénol, limonène, linalool, etc.) sont naturellement présentes dans les huiles essentielles ou elles sont fabriquées en laboratoire et sont de ce fait des produits naturels synthétiques.

Jouons un peu, je vous mets la composition d’une crème :

Aqua, Parrafinum Liquidum, Cera Microcristallina, Glycerin, Lanolin Alcohol (Eucerit ®), Paraffin, Panthenol, Decyl Oleate, Octyldodecanol, Aluminum Stearates, Citric Acid, Magnesium Sulfate, Magnesium Stearate, Parfum, Limonene, Geraniol, Hydroxycitronellal, Linalool, Citronellol, Benzyl Benzoate, Cinnamyl Alcohol.

Vous avez deviné de quel produit il peut s’agir ?

Regardez avec moi, de la paraffine, de la cire blanche, de la glycérine et de la lanoline. 4 substances grasses, on a à faire à une crème très riche. Un autre ingrédient doit vous mettre sur la piste : l’Eucerit, vous voyez le petit R, il est donc breveté. Eucerit comme Eucerin ? Eucerin c’est une marque appartenant à Beiersdorf, entreprise qui possède également…Nivea. Cette composition correspond à la crème Nivea, oui oui le célèbre pot bleu.

Elle contient pas mal de substances allergisantes : Limonene, Geraniol, Hydroxycitronellal, Linalool, Citronellol, Benzyl Benzoate, Cinnamyl Alcohol, mais est-ce que cela va vous empêcher de continuer à en étaler sur vos pieds secs ?

En parcourant cette liste de Que Choisir, j’ai repéré 2 substances qui m’étaient inconnues.

Le Evernia Furfuracea Extract et le Evernia Prunastri Extract. L’utilisation de ces 2 substances dans les parfums sont très largement limitées par l’IFRA (l’Association Internationale des Parfums basée à Genève). La plupart des parfums ont été reformulés et ne contiennent plus ces substances provenant de la mousse de chêne. Ce sont des informations que j’ai trouvé en recherchant simplement ces molécules dans ma barre Google et en allant voir leur page Wikipedia. Ce n’est donc pas difficile de se renseigner, non ? Où est donc la pertinence de les inscrire sur cette carte qui se veut pratique ?

Au fait, ces 2 substances sont d’origine naturelle, ça c’est juste un petit pic pour toutes celles et ceux qui disent : « moi je n’utilise que des cosmétiques naturels ». Les plantes sont parfois toxiques, enfin moi je dis ça je dis rien.

Un autre exemple d’un gommage au sucre de la marque Misha…là c’est vraiment très difficile, c’est en Japonais 🙂

Misha gommage au sucre DisMoiCéline

Sur le verso de cette carte, on retrouve une liste de substances à éviter dans les produits non rincés

Cette fois, ils nous parlent des femmes enceintes et des adolescents, tiens donc. Pour les autres, ben tant pis, vous aurez peut-être un cancer, c’est pas bien grave apparemment. Je suis cynique mais c’est parce que je suis agacée, vous l’avez bien compris.

Là non plus, ils ne parlent pas de famille de substances chimiques :

  • Tous les cinnamates sont par exemple à éviter.
  • Ils mentionnent le BHA et le BHT, on en parle ? C’est tout aussi toxique bien sûr.
  • Pourquoi l’ammonium lauryl sulfate et le sodium lauryl sulfate ne sont pas sur la même ligne, pas logique.
  • Idem pour les parabens

J’ai trouvé également un même test édité par la FRC (Fédération Romande des Consommateurs) avec un tableau regroupant des perturbateurs endocriniens et un comparatif de 66 cosmétiques. J’ai exactement les mêmes reproches à leur faire qu’à l’enquête de Que Choisir. Ces enquêtes d’associations de consommateurs m’horripilent, vous l’aurez bien compris.

Bref, ils veulent bien faire, mais c’est loin d’être parfait. Je ne comprends pas ces enquêtes qui sont confuses et font de la désinformation à défaut d’information.

De plus, ils ne vous donnent pas d’alternative et ne proposent pas de solutions et laissent le consommateur dans le désarroi total.

Voilà, c’est très difficile de faire un article ou une enquête sur les composants des cosmétiques tant ils sont nombreux. Mais si on fait quelque chose, on le fait bien, c’est ça qui me désole lorsque je lis ces enquêtes de faible qualité.

Vous pouvez également lire l’article écrit par Polly sur le même sujet.

Fin de l’année passée, France 5 diffusait un reportage sur les gels douche dont je vous parlerai dans un autre article si celui-ci vous a plu.

J’espère avoir égaillé votre curiosité ! Si vous avez des remarques, des coups de gueule, des questions, je me réjouis de vous lire, n’hésitez pas !

J’espère que vous avez aimé cet article. Vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux et/ou laisser un commentaire. Vous pouvez également vous inscrire à la newsletter sur la page d’accueil pour recevoir un e-mail lorsque je publie un nouvel article.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share This:

8 thoughts to “Je ne suis pas journaliste #1 : analyse de l’enquête de Que Choisir”

    1. Coucou Susana,

      Je n’ai pas encore vu l’émission ABE, je compte m’y mettre cette semaine et peut-être j’en ferai un compte rendu. J’ai déjà eu pas mal de renseignements sur le reportage qu’ils ont fait et rien que d’y penser, je suis déjà agacée. Il faut vraiment que je le visionne pour me faire mon opinion.
      Céline

  1. Coucou Céline,
    J’avais eu l’occasion de voir le reportage de France 5 sur les gels douche, mais je n’ai pas eu accès à l’enquête de Que Choisir pour le moment. On m’en a parlé récemment sur Instagram suite à un post que j’avais fait mentionnant un gel douche de chez Cottage.
    Il faudra que je jette un œil à tout ça, mais comme tu le sais, j’utilise aussi bien des produits naturels que conventionnels.
    Je te souhaite de passer une belle journée.
    A très bientôt,
    Lili.
    1. Coucou Lili,
      Mon 2ème article coup de gueule sur le reportage de France 5 arrive prochainement 🙂 J’utilise également des cosmétiques naturels et non naturels, mais ici ce que je reproche c’est la manière dont a été fait cette enquête !
      A tout bientôt
      Céline
  2. Merci pour ton article!
    J’espère que tu continueras à nous éclairer et à écrire sur ce sujet….
    Je pense tout particulièrement aux écrans solaires
    L’été arrivant….;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *